La course folle des entrepôts logistiques du e-commerce: Amazon - Cdiscount - Quick Commerce - Dark stores

Nous assistons depuis quelques années à une course folle, celle de la couverture en entrepôts de logistique ecommerce. 

Derrière cette course (folle), se cache une ineptie écologique et sociétale: on se marche litéralement sur la tête.

Analyse de la situation et de la réponse que peut apporter Cocote à ces non-sens.  


La logistique du e-commerce


Revenons aux origines de cette course (folle) à l'entrepôt ecommerce..

En e-commerce, il y a deux façons de gerer la logistique:

  1. Localement, par soi-même. Le marchand stocke ses produits et expedie ses colis localement (achat sur place, click and collect) et/ou réalise l'envoi directement depuis son stockage pour le commerce en ligne à distance (préparations de commandes).
  2. Externe en sous-traitance par l'intermediaire d'un prestataire logisticien dont c'est le metier qui propose un service d'expedition des marchandises dit fulfilment et va gérer à la place du marchand la logistique. 


Dans ce second cas, le marchand envoie habituellement ses produits en gros, acheminement et  conditionnement par palette par exemple au logisticien qui lui fait un coût de location (entreposage) et à l'expedition (livraisons des colis).

Ces logisticiens disposent d'une gestion des stocks et gestion des flux en temps réel avec une manutention robotisée et une traçabilité sur la chaîne logistique retail (logiciel type WMS).

Il existe des logisticiens ecommerce pure player , ce sont en general des entreprises avec une bonne expérience de la logistique (comme des transporteurs routiers) dont c'est le coeur de métier et des logisticiens ecommerce hybrides en B2C comme Amazon ou Cdiscount, en B2B comme Ankorstore (cubynn) ou comme le Quick commerce 

Attardons nous sur ces derniers qui sont hybrides car ils cumulent une activité de commerçants (marketplace) et de logisticien fulfilment.


logistique-ecommerce


L'interet et origine du Fulfilment (entrepôts ecommerce)


C'est Amazon qui a lancé le premier les hostilités, aiguisé par son souhait d'avoir un service client optimal sur sa marketplace.


En effet, sur une marketplace:  

  • les achats utilisateurs sont par définition le plus souvent multi-boutiques
  • Le délai de livraison est variable selon chaque marchand
  • Les frais de port sont le frein n°1 à l'achat

Ces trois raisons ont une (fausse bonne) réponse: collecter les produits dans des entrepots de fulfilment.

Ce faisant:

  • il n'y a qu'un envoi a réaliser en commande multi-boutiques
  • le délai de livraison est assuré 
  • les frais de ports sont optimisés et il devient possible de faire des offres fdp gratuites (type Amazon Premium)
  • facilité de retours produits

L'avantage coté client / UX est donc indéniable.

Néammoins, le toujours plus est souvent l'ennemi du bien et ce que l'on gagne quelque part on le perd ailleurs.

Les inconvénients du Fulfilment 


Le fulfilment consiste donc à centraliser le stock des marchands dans différentes entrepôts.

Ces entrepôts peuvent gérer toute l'offre (on parle ici de "noeuds" "hubs") ou bien seulement une partie (Amazon).


  • Ces entrepôts sont en général éloignés ce qui genere une empreinte carbone élevée.
  • Les invendus sont souvent détruits.
  • Ces entrepôts sont en général robotisés et/ou le seront de plus en plus à terme.
  • Plus la volumétrie de produits / commande devient importante et plus le besoin en entrepôts et en surface par entrepôt devient important.


Dans le cas d'Amazon ou de Cdiscount par exemple, la volumétrie des offres en fulfilment est très importante ce qui génere un besoin en entrepôts énorme (+ de 800 000m2 pour Amazon, plus de 300 000m2 pour Cdiscount sur les 5 dernières années).

C'est autant moins de m2 de terres ou potentiellement utilisés par des commerces physiques ou plus utiles.

D'autre part, plus le nombre d'entrepots (node) est éparpilé et plus la vitesse de livraison est rapide (proximité géographique), cela pousse donc les acteurs à augmenter leur couverture géographique.

D'autre parts, certains élus se réjouissent de l'arrivée d'Amazon, mettant en avant les emplois que cela va créer.. Mais, la réalité est toute autre, ces entrepôts de fulfiment sont par nature voués a devenir de plus en plus automatisés donc avec une main d'oeuvre réduite à terme, cela leur sera surement reproché un jour.


Quick Commerce et Dark Store: un micro-fulfiment néfaste


Le Quick commerce est lui aussi un acteur hybride du fulfilment dont la croissance en terme d'entrepôt pourrait même dépasser les acteur précedents.

Il y a cela dit une différence, les entrepôts fulfilment du quick commerce sont appelés Dark stores , ce sont des entrepôt de petite taille (~600m2) automatisés situés dans les centres-villes en rez de chaussé afin de permettre la livraison urbaine ultra-rapide (moins de 15km).

Par conséquent, ce type d'entrepôts a un inconvénient en plus (et pas des moindres): le quick commerce participe à la dévitalisation et encombrement des centres-villes.



Ces entrepôts ont un impact réel et soulèvent la question: jusqu'où tolererons nous la croissance de ces "entrepôts champignons" qui font doublons avec le commerce physique ?



Cocote, la solutions marketplace locale 


En ecommerce, il y a une régle simple qui permet d'aller vers un commerce plus green et qui consiste à optimiser le parcours global:  "parcours production + parcours livraison" , cela revient à faire le calcul et à optimiser les distances globales tout simplement.

Cocote est une marketplace locale  qui ne fait pas de fulfilment (pas de ça chez nous ! )

Dans une optique de mise en avant de l'achat de proximité, nous sommes convaincu qu'il n'y a pas besoin d'entrepôts de logistique type fulfilment qui font doublons avec le stock des marchands.

  • Les stocks sont ceux de nos marchands (pas les notres) que nous géolocalisons pour un vrai commerce de proximité. Peux t-on parler d'achat de proximité pour des produits qui transitent par des plateformes distantes ?
  • l'achat local a une bien meilleure empreinte carbone
  • Nous vitalisons le commerce de proximité et direct producteur.
  • Gestion de planning marchands pour des délais garantis
  • Livraison locale rapide par le marchand ou livraison collaborative compétitive
  • Optimisé Click n collect & Achat sur place 
  • Nous misons sur la visibilité et l'entraide marchand (exemple: asilage colis marchands) plutôt que sur l'ubérisation.



Le dropshipping, une autre bétise écologique en ecommerce


Le dropshipping en ecommerce consiste pour un marchand à brancher les stocks de ses fournisseurs qui gerent directement les commandes et font l'expedition vers le client.

Le marchand peut donc monter une boutique fictive sans aucun stock de produit.

Imaginons 100 commandes d'un consommateur final, est-il préférable d'avoir 100 expeditions d'un fournisseur eloigné ou bien une livraison palette en B2B Fournisseur <-> Marchand et 100 livraisons locales ?